L’Université Concordia annonce sa collaboration avec Boscoville et le Conseil Cri de la Santé et des Services Sociaux de la Baie James pour offrir une formation et un soutien culturellement significatifs

 

Les éducateurs et éducatrices du territoire cri de la Baie James, dans le nord du Québec, s’initient à de nouvelles façons de travailler avec les jeunes pris en charge par la protection de la jeunesse grâce à un nouveau programme de certificat en éducation spécialisée autochtone.

«Boscoville a mené une évaluation complète des besoins au début du projet afin de bien cerner le contexte des travailleurs et travailleuses œuvrant aux Youth Healing Services », affirme Isabel Dunnigan, vice-rectrice adjointe à l’apprentissage continu et directrice générale de FCC (Formation continue Concordia).

« Nous nous sommes demandé pourquoi notre programme à l’intention de la communauté crie n’était pas reconnu par une université », relate Mohsen Romdhani, directeur général de Boscoville. « C’est ainsi que tout a commencé, et j’espère que d’autres communautés et universités se joindront à l’initiative dans l’avenir.»

Le programme s’appelle Mamouwechitutaau, ce qui signifie « aidons-nous les uns les autres, travaillons ensemble ». Il offre une formation expérientielle interactive axée sur l’amélioration des pratiques éducatives en travail auprès des jeunes. Fortement axés sur le jeu de rôle, les ateliers mettent l’accent sur les jeux, les cercles de réflexion et la conversation.

Consultez l’article complet.


Le programme Mamouwechitutaau présenté lors de la Commission d’enquête sur les relations entre les Autochtones et certains services publics 

Le 10 septembre dernier, le conseil cri de la Santé et des Services sociaux de la Baie James et Boscoville ont présenté le programme Mamouwechitutaau lors de la Commission d’enquête sur les relations entre les Autochtones et certains services publics.

Pour visionner l’audience, cliquez ici et sélectionnez  «Partie 2» sous la vidéo.